presque dire

Kvar lo

Bienvenue / Welcome
PROSES ET POÈMES / Prose & Poetry
Lectures marquantes / Noteworthy readings
WEBÉcriture
Avec vous ce jour-là / Lettre au poète Allen Ginsberg (éd. papier)
Kvar lo
Tu amarres les vagues
La sirène à la poubelle
Avec vous de jour-là / Lettre au poète Allen Ginsberg (éd. numérique)
Tel Aviv / ville infirme / corps infini
Ville infirme, corps infini
Les colibris à reculons
En taxi dans Jérusalem
La mer et l'enfant
La migration des papillons
pas d'ici, pas d'ailleurs
TRADUCTION/TRANSLATION
#ChantierORLANDO
ATELIERS d'écri(lec)ture / Creative Writ/Read-ing Workshops
RENCONTRES / READINGS & FESTIVALS
Ailleurs
BIO
Poèmes aimés / Loved poems
Contact

 

 


CE N’EST PLUS

cette
pesanteur parfois
plongée dans l’heure
avec toi. C’en est
une autre.

 

C’est le poids retenant le vide

qui avec
toi irait.
Il n’a, comme toi, pas de nom. Peut-être
êtes-vous la même chose. Peut-être
me donneras-tu aussi un jour ce
nom.

 Paul Celan

La rose de personne

(Bilingue. Traduction de Martine Broda. José Corti, 2002, p. 63)

 
 
Kvar lo : recueil de poèmes paru aux éditions Æncrages & Co, collection Écri(peind)re, avec une postface de Philippe Rahmy et des encres de Caroline François-Rubino (février 2016).
Merci au Centre Régional du Livre de Franche Comté pour leur soutien. 
 
 
 
Il arrive que des violences font que maison n’est plus, langue n’est plus, liens essentiels non plus, et la traversée solitaire de paysages d’absence aux arbres déracinés est le seul parcours envisageable. Mais où s’engager quand les chemins fourchus ne font que rappeler ruptures et séparations ? Et que s’approprier de mondes où l’on ne se sent jamais (chez) soi, si ce n’est des langues, des mots ? Les embrasser alors, toutes, s’en nourrir, s’en vêtir, s’en recouvrir, couche sur couche, jusqu’au silence de leur annulation. Ce qui est perdu, en l’occurrence la langue « d’origine », contient peut-être le sens de tout le reste, ainsi que la possibilité de dire quoi que ce soit de façon juste – la « vérité ». « Ce n’est plus » (poème de Paul Celan, cité en exergue à Kvar lo), déjà plus : « kvar lo », en hébreu, la langue à partir de laquelle on pourrait peut-être repartir, renaître. Les encres de Caroline François-Rubino expriment cette ambivalence de la rupture : les blancs de la coupure nette, et le détournement de l’horizon, à la verticale – la chute et l’élan, la liberté dans le tracé, l’expression (langage, paysage, visage) vitale, extraite de la béance, devenue terreau sous ses pinceaux. 
 
Des extraits de Kvar lo et sa préface ont été publiés dans Remue.net  avant la parution du recueil, et dans Terres de femmes par la suite.
 
 Encre de Caroline François-Rubino
 
 

Chroniques :

 

***Une lecture de Pierrick de Chermont, poète, critique, dans la revue Nunc (octobre 2016).

 

***Une lecture de Franck C. Yeznikian, compositeur, critique, dans le CCP (Cahier Critique de Poésie) (octobre 2016).

 

***Une lecture de Pascal Boulanger, poète, critique, dans la revue Europe (septembre octobre 2016).

 

***Une lecture de Cécile Vibarel, anthropologue, documentaliste, dans Recours au poème (juillet 2016)

 

***Une lecture de Marilyne Bertoncini, poète, critique littéraire, traductrice, dans Recours au poème (juillet 2016).

 

***Une lecture de Serge Martin, poète, critique littéraire, professeur, dans Poezibao (juillet 2016). 

Excerpts in English of Serge Martin's review of Kvar lo in Poezibao Very often, trauma is linked to the impossibility to tell. [...] What makes this book beautiful is that it is exactly about the lack of possibility to « quite say it ». But its beauty doesn’t redeem, rather, it helps us live [...] Rather than dragging us down the path of the relationship with languages or with what is called mother tongue, everything about this book delves into the raw relationships that a body experiences (its stories are inscribed on the sensitive skin, right in the heart, and even in the lower part of the belly) [...] powerful poem of linguistic autobiography [...] Sabine Huynh’s book provides an insight into her exiles and all of its most erotic and therefore painful experiences [...].

 

***Une lecture d'Angèle Paoli, poète, critique littéraire, traductrice, dans Terres de femmes (avril 2016).

 

***Une lecture d'Isabelle Lévesque, poète, critique littéraire, dans Terres de femmes (avril 2016)

 

Cet ouvrage a fait l'objet d'un tirage de tête à 30 exemplaires signés et numérotés par l'auteur et l'illustrateur et augmentés d'une encre originale. Prix de vente : 150 € (frais de port offerts).
L'encre ci-dessous n'est qu'un exemple. Chaque encre de chaque exemplaire de tête est unique.

exemplaires de tête

 

 
 
 
 
 
 
Je suis condamnée à écrire pour presque dire.
I am doomed to write and never quite say it.

 
Copyright © Sabine Huynh 2011-2016
Sauf indication contraitre, textes et photographies © Sabine Huynh