presque dire

Ville infirme, corps infini

Bienvenue / Welcome
PROSES ET POÈMES / Prose & Poetry
Lectures marquantes / Noteworthy readings
WEBÉcriture
Avec vous ce jour-là / Lettre au poète Allen Ginsberg (éd. papier)
Kvar lo
Tu amarres les vagues
La sirène à la poubelle
Avec vous de jour-là / Lettre au poète Allen Ginsberg (éd. numérique)
Tel Aviv / ville infirme / corps infini
Ville infirme, corps infini
Les colibris à reculons
En taxi dans Jérusalem
La mer et l'enfant
La migration des papillons
pas d'ici, pas d'ailleurs
TRADUCTION/TRANSLATION
#ChantierORLANDO
ATELIERS d'écri(lec)ture / Creative Writ/Read-ing Workshops
RENCONTRES / READINGS & FESTIVALS
Ailleurs
BIO
Poèmes aimés / Loved poems
Contact

 
 
 
Ville infirme, corps infini (poèmes), éditions La Porte, troisième trimestre 2014.
 
Une première version de ce texte a été publiée dans Tel Aviv/Ville infirme/Corps infini, livre d'artiste avec le peintre André Jolivet (édition bilingue français-hébreu avec dix peintures originales de l'artiste, paru aux éditions Voltije en avril 2014).
 

 
 
 
Dans ces textes, Sabine Huynh tente de définir cette ville qui lui échappe sans cesse, insaisissable dans ses multiples ramifications, ville prolixe qui résiste et se dérobe, mosaïques / de bohème de modernité / d’avenir de printemps sur laquelle elle trébuche, en tentant de la saisir. Cette cité mouvante, au corps ample et splendide ne peut se suffire de la carapace des mots qui l’enferment plus qu’ils ne la révèlent. En écrivant sur Tel Aviv, Sabine ruse et joue avec elle, comme avec un animal sauvage qu’elle voudrait approcher. Elle voudrait l’apprivoiser avec des lettres de papier tout en lui laissant sa liberté, cette créature toujours personnifiée, dont le corps infini se déhanche au gré des rues délabrées. Petit à petit l’écriture se libère pour épouser les contours d’un corps vivant, dansant avec lui au gré de ses variations, laisser déferler la joie et l’ivresse de vivre dans ce lieu à la fois si imparfait et si accueillant, Tel Aviv. (Valérie Canat de Chizy, Terre à ciel, avril 2015)
 
 
Le recueil Ville infirme, corps infini se commande auprès des éditions La Porte (prix : 3, 80 Euros).
 


 
 

 
 
 
 
 
 
Je suis condamnée à écrire pour presque dire.
I am doomed to write and never quite say it.

 
Copyright © Sabine Huynh 2011-2016
Sauf indication contraitre, textes et photographies © Sabine Huynh