presque dire

Tentatives d'écrire (son) Tel Aviv (à soi)

Bienvenue / Welcome
PROSES ET POÈMES / Prose & Poetry
Lectures marquantes / Noteworthy readings
WEBÉcriture
Avec vous ce jour-là / Lettre au poète Allen Ginsberg (éd. papier)
Kvar lo
Tu amarres les vagues
La sirène à la poubelle
Avec vous de jour-là / Lettre au poète Allen Ginsberg (éd. numérique)
Tel Aviv / ville infirme / corps infini
Ville infirme, corps infini
Les colibris à reculons
En taxi dans Jérusalem
La mer et l'enfant
La migration des papillons
pas d'ici, pas d'ailleurs
TRADUCTION/TRANSLATION
#ChantierORLANDO
ATELIERS d'écri(lec)ture / Creative Writ/Read-ing Workshops
RENCONTRES / READINGS & FESTIVALS
Ailleurs
BIO
Poèmes aimés / Loved poems
Contact

Si on ne s'était pas mis ensemble, il n'y aurait pas eu cette traversée.

(François Bon, Entretien avec Cathie Barreau sur l'atelier d'écriture)

 
 
 
"Tentatives d'écrire (son) Tel Aviv (à soi)", or "Attempts to write (one's own) Tel Aviv" is a French creative writing class ran by Sabine Huynh since April 2013. It was first hosted by the French bookstore of Tel Aviv, Librairie du Foyer (on Masaryk sq.). 
 

 
 




Ce sont les regardeurs qui font les tableaux. (Marcel Duchamp)
 
Toutes les cités des pays de sable, bâties en plâtras léger, ont un aspect sauvage, délabré et croulant. (Isabelle Eberhardt, Au pays des sables)
 
les photos enferment le visible dans un rectangle. Le visible sans cadre, c'est toujours autre chose. (Antonio Tabucchi, Nocturne indien)
 
Quel est celui de nous qui n’a pas, dans ses jours d’ambition, rêvé le miracle d’une prose poétique, musicale, sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s’adapter aux mouvements lyriques de l’âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience ? C’est surtout de la fréquentation des villes énormes, c’est du croisement de leurs innombrables rapports que naît cet idéal obsédant.
(Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, Le Spleen de Paris)
 
Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. (Valère Novarina, Pendant la matière, P.O.L., 1991)
 
Nos propositions d'écriture doivent permettre de réapprendre à nommer l'environnement immédiat, des parcours. (François Bon, Apprendre l'invention, éditions publie.net, 2011)
 
Ce qui me tient à cœur, c'est la question de l'écriture du réel. Cette notion extrêmement contradictoire, complexe, qui veut tout et rien dire mais qui me parle. Le réel ne tient pas en place, ne se laisse pas saisir, il est fuyant. (Patrick Cahuzac, In : Le Matricule des Anges, mars 2007)
 
 
 
DESCRIPTION : L'atelier "Tentatives d'écrire (son) Tel Aviv (à soi)" propose depuis avril 2013 des embrayeurs d'écriture, pour écrire/réfléchir sur la ville de Tel Aviv, entre autres. Nos tentatives portent sur cette ville où nous vivons (ou bien où nous avons vécu, ou que nous connaissons, tout simplement, de près ou de loin), mais elles nous mènent aussi vers d'autres villes, des villes qui ont parsemé nos parcours de vie, et vers nos histoires personnelles. Écrire sur Tel Aviv (qu'on y vive actuellement ou pas), sur les anachronismes qui en font la poignance et la poésie. On essaie d'apprendre cette ville à travers l'écriture, et éventuellement s'apprendre soi aussi, je dis bien éventuellement, je ne sais pas, je propose, vous disposez...  Ensemble tentons de "convoquer des fragments du monde réel par l'écriture" (François Bon), observons ces étincelles que peut produire la friction de la ville avec nos mots.
 
Et si vous vous posez la question de savoir si l'atelier d'écriture forme des écrivains, je vous redirige vers cette page du Tiers Livre de François Bon. Et dans cet article-ci, il nous dit : "non seulement les ateliers d’écriture n’ont pas vocation de former des écrivains (initier au travail solitaire qui y mène, c’est assez), mais surgissement d’un autre paradoxe : lorsqu’un véritable écrivain traverse ces situations collectives, c’est peut-être à ce critère de nuque raide, impossibilité de se plier à une consigne, qu’on peut le dépister et le renvoyer au plus tôt à sa démarche solitaire." 

Merci à Pierre Ménard pour Comment écrire au quotidien (éditions publie.net, 2012), et à François Bon pour Apprendre l'invention (éditions publie.net, 2011), sources inépuisables de découvertes, de réflexion et d'apprentissage (de la vie), et merci aux livres des éditions publie.net, ainsi qu'aux choix éditoriaux du collectif de création littéraire et de critique Remue.net, qui constituent la colonne vertébrale de ces ateliers. 
 
De temps à autre, nous avons le plaisir d'accueillir des auteurs venus d'ailleurs (Roselyne Sibille, Anne Collongues, Philippe Rahmy-Wolff, Maïa Brami, Carole Zalberg...) 
 



 
 
ici on lit
 
BIBLIOGRAPHIE (complétée au fur et à mesure)
 
Chronique d'hiver, Paul Auster
L'invention de la solitude, Paul Auster
Moon Palace, Paul Auster
Sunset Park, Paul Auster
Tombouctou, Paul Auster  
Mercure, Edith Azam (Castells, 2007) 
La Chambre claire, Roland Barthes (Cahiers du cinéma, Gallimard, Seuil, 1980)
Les Fleurs du mal, Charles Baudelaire (Le livre de poche, 1972)
Très-Grande Surface, André Benchetrit (Léo Sheer, 2004)
Autobiographie des objets, François Bon (Seuil, 2012)
Apprendre l'invention, François Bon (publie.net, 2011)
Chaos Boy, Patrick Bouvet (éditions de l'Olivier, 2004)
Fenêtres sur le monde, Raymond Bozier (Fayard, 2004 ; éditions publie.net, 2011)
I remember, Joe Brainard (Angel Hair, 1970)
Cocteau à Milly-la-Forêt, lettre au poète, Maïa Brami (Belin, 2014) 
Anthologie nomade, Michel Butor (Gallimard, 2004)
Le chemin vers la cabane, Claude Chambard (Le bleu du ciel, 2008)
Interlude autochton, Laurent Colomb (2013)
La scène d'un récit, Anne Collongues (les éditions derrière la salle de bain, 2014)
Quatrième étage, Anne Collongues (éditions publie.net, 2009)
Noces de Mantoue, Marie Cosnay (éditions publie.net, 2012)
Martin Le Bouillant, Régine Detambel (éditions publie.net, 2013)
Lettre sur les sourds et muets : à l’usage de ceux qui entendent et qui parlent, Denis Diderot (1751) 
Il est cinq heures, Paris s'éveille, Jacques Dutronc (1971)
Yann Andréa Steiner, Marguerite Duras (P.O.L., 1992) 
Zone, Mathias Enard (Actes Sud, 2008)
New York 2001 : poésie au galop, Christophe Fiat (Al Dante, 2002)
Les zones ignorées, Virginie Gautier (Les éditions du chemin de fer, 2010. Première version : Les sédiments, Publie.net, 2008)
Un bruit de verre en elle, Albane Gellé (Inventaire/Invention éditions, 2002)
D'une Jérusalem absente, Michaël Glück (texte publié d'abord dans remue.net, puis dans la revue Levant, 10, 2008, et repris dans Levure Littéraire)
Ricordi, Christophe Grossi (L'Atelier contemporain, 2014)
L'extraordinaire tranquilité des choses, Lancelot Hamelin, Sylvain Levey, Philippe Malone, Michel Simonot (Editions Espaces 34, 2006)
Les mines de Falun, E.T. A. Hoffmann (éditions publie.net, 2011)
Je bâtis ma demeure (1943-1957), Edmond Jabès (repris dans Le Seuil Le Sable, poésies complètes (1943-1988), Poésie/Gallimard, 1990) 
Israël, cahier bleu, Philippe Jaccottet (Fata Morgana, 2004)
Cahier de verdure, Philippe Jaccottet (Poésie/Gallimard, 1990)
De ses dix doigts, Edgar Kosma (éditions publie.net, 2011)
L'enfant noir, Camara Laye (Plon, 1953)  
Traces, sillons, Claire Malroux (José Corti, 2009)
Je, Rémi Marie (Léo Sheer, 2010)
Les lignes de désir, Pierre Ménard (http://liminaire.fr/Les-lignes-de-desir)
Le Golem, Gustave Meyrink (éditions publie.net, 2011)
Pour que tu ne te perdes pas dans la quartier, Patrick Modiano (Gallimard, 2014)
Rue des Boutiques Obscures, Patrick Modiano (Gallimard, 1978)
Livret de famille, Patrick Modiano (Gallimard, 1977) 
Le journal du regard, Bernard Noël (P.O.L., 1988) 
tentative d'épuisement d'un lieu parisien, Georges Perec (Christian Bourgois éditeur, 1975)
Je me souviens, Georges Perec (Hachette, 1978)
Le chien à la mandoline, Raymond Queneau (Gallimard, 1958)  
Béton armé, Philippe Rahmy (La Table Ronde, 2013)
Ciel et terre et ciel et terre, et ciel - Constable, Jacques Roubaud (Argole, 2009)
Va où, Valérie Rouzeau (Le Temps qu'il fait, 2002)
7 au carré, Eric Sadin (Les Impressions nouvelles, 2002)
Dis pas ça, Lydie Salvayre (Verticales, 2006)
Les journées immobiles, Jean-Luc Sarré (Flammarion, 1990)
Des oloé espaces élastiques où lire où écrire, Anne Savelli (D-Fiction, 2011) 
Smoky, Lambert Schlechter (Le Temps qu'il fait, 2003)
Je ne me souviens pas, Joachim Séné (dans la revue Remue.net, 2014)
C'était, Joachim Séné (éditions publie.net, 2011)
La crise, Joachim Séné (éditions publie.net, 2010)
Moscou-Mosaïque, Roselyne Sibille, 2004 (inédit)
Tel Aviv, photographies d'Avraham Soskin et Ran Erde, 1909-2009 (Bauhaus Center Tel Aviv, 2009) 
Théorie des orages, Lucien Suel (éditions publie.net, 2011) 
Jusqu'où cette ville ?, Fabienne Swiatly (éditions publie.net, 2008)
Nocturne indien, Antonio Tabucchi (Christian Bourgois éditeur, 1986)
Anachronisme, Christophe Tarkos (Éditions P.O.L., 2001)
Écrits poétiques, Christophe Tarkos (Éditions P.O.L., 2008)
Le château des Carpathes, Jules Verne (éditions publie.net, 2011)
Mon heure sur la terre, poésies complètes 1936-2008, Claude Vigée (Galaade Editions, 2008)
Une pièce à soi, Virginia Woolf (traduction de Jean-Yves Cotté, éditions publie.net, 2012) 
Par la fenêtre, Fabienne Yvert (Éditions des Petits livres, 2005)
Chez eux, Carole Zalberg (Actes Sud, 2015)
Feu pour feu, Carole Zalberg (Actes Sud, coll. Un endroit où aller, 2014)
Faire passer, Carole Zalberg (E-Fractions, coll. Hors Format, 2014)
La mère horizontale, Carole Zalberg (Albin Michel, 2008)  
 
L'atelier a débuté en avril 2013 sur la mezzanine fort accueillante de la Librairie du Foyer (librairie française de Tel Aviv), depuis il a vogué de lieu en lieu. La traversée continue.
 
 
 


RENCONTRES 2013-2014-2015
 

 
1: Écriture "blanche" et évocations personnelles
2: Hors-champ
3: La piqûre du contraste (avec Roselyne Sibille)
4: "Jusqu'où cette ville ?" -- de Fabienne Swiatly
5: La ville devant mes yeux
6: Les autres, depuis ma fenêtre (avec Anne Collongues) 
7: Séparer le mot et la chose (avec Anne Collongues)
8: La ville à travers leurs yeux
9: L'empreinte des souvenirs
10: "La rhétorique du cumul" (formule empruntée à l'écrivain et traducteur Moshe Ron, dans son article sur sa traduction de Zone, de Mathias Enard)
11: La ville au corps à corps 
12: Dans la tête de Tombouctou
13: La ville-kaléidoscope
14: D'un temps à l'autre
15: Lectures libres et discussions (avec Philippe Rahmy-Wolff)
16: Histoires de valises (avec Philippe Rahmy-Wolff)
17: Écrire d'une absence
18: OLOÉ - où lire où écrire (d'après Anne Savelli)
19: Signes d'abondance ou d'abandon (d'après la série Disparition : textes créés à partir d'une photographie de Sébastien Rongier)
20: Défier/délier la liste (à partir de l'atelier d'écriture en ligne animé par François Bon sur l'accumulation et mis en ligne sur le site de la BnF, "Écrire la ville")
21: Ma ville s'éveille et moi avec
22: S'étonner, douter
23: "Perdu dans la mémoire / Des hommes." (Baudelaire)
24: Cocteau à Milly-la-Forêt, lettre au poète (avec Maïa Brami).
25: Histoires de filatures d'inconnues
26: Indirectement : ce qui est dit et ce qui est tu 
27: Quand l'intime et la ville fusionnent dans ma marche, que fixer ?
28: Cut-ups (à la manière des poèmes-express de Lucien Suel)
29: Micro-narrations et scènes au scalpel (en lisant Anne Collongues)
30: Dans le feu de la scène (avec Carole Zalberg) 
31: Se souvenir de l’« aurore souterraine » (Claude Vigée)
32: Traverser les zones silencieuses de la mémoire (en lisant Georges Perec, Joe Brainard, Christophe Grossi et Joachim Séné)
33: Vraies histoires invraisemblables   
 
 
 



Lire aussi : un échantillon des textes produits durant les premières rencontres autour de la ville de Tel Aviv (merci aux participants pour le partage, le copyright leur appartient entièrement).

 
 
 
 
 
 
Je suis condamnée à écrire pour presque dire.
I am doomed to write and never quite say it.

 
Copyright © Sabine Huynh 2011-2016
Sauf indication contraitre, textes et photographies © Sabine Huynh